Son origine

La sylvothérapie, communément appelée bain de forêt ou Shinrin-yoku, est une pratique médicale très populaire au Japon mais elle existe sous une forme moins identifiée depuis Pline l'Ancien et le Moyen Âge.

 

D'un point de vue scientifique, le Shinrin-yoku est un terme inventé en 1982 par l'Agence Forestière du Japon ; cette dernière suggère alors de l'intégrer dans les préconisations d'une bonne hygiène de vie.

 

Ce n'est qu'en 2012 que le Dr Qing Li, médecin immunologiste à l’université de médecine de Tokyo, et ses collègues fondent une nouvelle discipline, la sylvothérapie. Elle se caractérise par les effets du milieu forestier sur la santé humaine et donc, comme une médecine alternative et préventive.

 

A ce jour au Japon, il existe 65 bases de thérapies forestières certifiées par la Japanese Forest Therapy Society et pas moins de 12 millions de visiteurs arpentant ces parcours.

 

Principe 

Spirituellement, la médecine de la forêt repose sur le fait que Dame Nature est un paradis, un cadeau divin à l'intention de l'Homme et donc, le paradis de la guérison. Il suffit alors de s'abandonner, de ne faire plus qu'un avec la Nature afin de se reconnecter à notre capacité innée à guérir. 

 

C'est tout l'art du bain de forêt c'est à dire se relier aux arbres, aux végétaux par l'intermédiaire de nos sens dans l'objectif de ne faire plus qu'un.

 

Vous avez décidé de vous laisser tenter par l’expérience alors voici quelques conseils :

#1 Éteignez votre téléphone et n’emportez pas d’appareil photo

#2 Choisissez un lieu qui vous plaît particulièrement. Nous sommes tous différents, l’important étant de se sentir bien pour trouver calme, détente et volupté.

#3 Commencez à déambuler librement sans vous poser de questions et laissez libre court à vos sens. Ne réfléchissez plus, laissez vous guider par votre instinct et vos sensations. Prenez aussi le temps de vous arrêter et d’observer tout ce qui vous entoure.

Certains apprécieront le bruit de l’eau de la rivière, d’autres s’émerveilleront des couleurs des feuillages telles des toiles de peintres paysagistes, d’autres préféreront écouter le chant des oiseaux ou se laisseront enivrer de l’odeur dans l’air,...  et si le coeur vous en dit, sentez vous libre d’enlacer le tronc d’un arbre, de toucher ou sentir son écorce.

    #4 Laissez la Nature pénétrer peu à peu votre corps par vos oreilles, vos yeux, votre nez, votre bouche et vos jambes.

    #5 Ressentez la plénitude qui vous envahit, vous vous sentiez bien, ça y est la connexion à la Nature s'est faite en douceur et vous ne faites plus qu'un !

     

    Si vous souhaitez aller plus loin dans cette pratique ou que vous ressentez le besoin d’être accompagné, vous pouvez vous faire accompagner par des guides sylvothérapeutes. Vous pouvez aussi vous documenter et notamment lire le livre du Docteur Qing Li “ Shinrin-yoku, l’art et la science des bains de forêt ” aux éditions First. 

     

    Les bénéfices pour la Santé

     

    La sylvothérapie fonde son principe sur le fait des bénéfices sur le Bien-être et la Santé à se trouver dans un milieu forestier et particulièrement à proximité d’arbres.

     

    Premièrement, c’est sur l’effet tranquillisant, reposant, ressourçant que les bienfaits ont été démontrés par des chercheurs nippons notamment sur l'abaissement du taux de cortisol. Le cortisol est une hormone dont le taux élevé est la marque d’un état de stress. Cela corrobore aussi les résultats d’une étude menée par des neuroscientifiques sur la zone préfrontale du cerveau et dans laquelle le milieu forestier entraîne une activité plus faible de cette zone, signe marquant un état de relaxation certain.

    L’une des hypothèses de cet effet réside dans le chargement en ions négatifs de l’air en forêt (et en bord de mer également). En participant alors à améliorer le transport de l’oxygène dans nos poumons et la communication entre nos cellules, ils nous aideraient à nous apaiser, améliorer notre sommeil, notre concentration et à purifier l’air d’une manière générale.

    C’est dans cette lignée que des études menées principalement en Asie (principalement au Japon, en Chine et en Corée) suggèrent des effets notables sur la santé mentale et cardiovasculaire, la glycémie, le système immunitaire.

     

     

    Deuxièmement, c’est sur la qualité de l’air que réside aussi l’intérêt d’un bain de forêt mais cela peut varier d’une manière importante d’un lieu à un autre. Cela s’explique par la présence plus ou moins importante de mousses et lichens qui ont une capacité à fixer rapidement et efficacement les aérosols et autres particules en suspension dans l’air.

    C’est aussi par la respiration de phytoncides, également appelés composés organiques volatiles antimicrobiens (terpénoïdes, pinène,...)  et d’huiles essentielles émises par les arbres que peuvent s’expliquer tous ces effets positifs.

    Dès le Moyen Âge, les terpénoïdes retrouvés notamment en présence de conifères étaient utilisés pour leurs effets divers et variés : analségique, sédatif, bronchodilatateur, antitussif, anti inflammatoire, antibiotique et relaxant. C’est par exemple le cas de métabolites secondaires retrouvées dans le camphre et la térébenthine dont la fonction primaire est une défense des plantes contre les herbivores. Pour une fonction comparable, la communication entre les arbres, pourtant si invisible, existe pourtant vraiment et fait notamment l’objet d’études scientifiques. Regardez par exemple ce reportage à la 5ème minute :

    Alors qu’attendez-vous pour tenter l’expérience ? Non seulement, vous passerez à coups sûrs un bon moment seul, en famille ou avec des amis … et qui sait,  peut-être ressortirez-vous purifier par ce bain de forêt !